Plan de développement social

Mise en contexte

La Municipalité régionale de comté d’Asbestos (à l’époque) adoptait en novembre 2004 son Plan de relance 2004-2014. Les différents acteurs du milieu ont été interpellés et se sont mobilisés dans cette démarche structurante visant à se doter d’objectifs communs afin de créer des conditions favorables au développement de notre communauté. Ce plan de relance indique la voie à suivre pour revitaliser le milieu, tant au plan économique que social.

Il peut être utile de rappeler que plusieurs villes et MRC du Québec sont présentement à la construction d’un plan de développement social pour leur milieu. Cette poussée est liée de près à la réforme des municipalités du Québec. En effet, les nouvelles grandes municipalités fusionnées ont une obligation légale face à cette nouvelle responsabilité. Les MRC du Québec ont le choix de s’y investir ou non selon les besoins et priorités de la région. Cependant, pour la MRC d’Asbestos, il s’agit d’un choix volontaire qui démontre bien la préoccupation des différents acteurs face au développement de notre communauté. Déjà certains travaux ont cours en lien avec les priorités qui pourraient se retrouver à l’intérieur d’un plan de développement social. Que ce soit la Politique familiale de Saint-Camille, celle de la MRC et celle de la Ville d’Asbestos, les travaux sur le transport collectif, le plan de développement des communautés du Centre de santé et des services sociaux, l’intérêt de la MRC à l’égard du développement durable, voilà autant d’exemples concrets de la recherche du mieux-être de la population.

Le Plan de relance de la MRC avait été précédé d’une étude visant à établir un portrait de la situation sur le territoire, à situer les forces et les faiblesses de l’économie en place et à identifier des pistes d’action1. Un des constats est que le développement économique et le développement social sont intimement reliés. Le plan de relance rappelle en effet que « le diagnostic socio-économique de la MRC fait notamment ressortir les constats suivants : faiblesse du niveau de scolarité des résidants, manque de formation, exode des jeunes, déséquilibre démographique, indices élevés de détérioration sur les plans social et environnemental, taux de chômage élevé, diminution des revenus et accroissement de la pauvreté.2 » C’est pourquoi le Plan de relance de la MRC prévoit agir sur trois axes au cours des prochaines années : un milieu de vie propice au développement; l’accroissement de l’activité économique; le développement de la base entrepreneuriale. Le plan de développement social est l’un des éléments clés qui vise à créer un milieu de vie favorable à un épanouissement global des personnes vivant dans la MRC.

À Saint-Camille

Au début de l’année 2007, la Corporation de développement socio-économique de Saint-Camille (ci-après nommé : la Corpo) était désignée par la municipalité du Canton de Saint-Camille en tant que mandataire local responsable de la mise en œuvre du plan de développement social tel que prévu par le plan de relance 2004-2007 de la MRC des Sources. Au mois d’août 2007, suite au dépôt récent du cahier de charge, la Corpo déposait une proposition de démarche de consultation liée à l’an 1 de son plan de développement social local.

La politique familiale

À Saint-Camille une démarche de réalisation d’une politique familiale municipale était en branle depuis plusieurs mois et c’est en concertation avec le comité famille que l’idée de joindre les deux initiatives par leur plan d’action a été émise et reçue positivement par tous. Le comité famille était composé, alors, d’une quinzaine de personnes pour la plupart des représentants d’organismes locaux. Cette démarche conjointe a majoritairement laissé l’espace et le temps à la politique familiale de se compléter tout en permettant aux gens impliquées de s’approprier le concept et les valeurs du développement social.

Le plan stratégique de développement local

Au début de l’année 2008, la municipalité s’enrichissait d’un plan stratégique de développement local issu d’une demande de la MRC afin de permettre notamment de démarrer le deuxième programme du Pacte rural. Ce plan stratégique de développement local (PSDL) en était alors à l’état de proposition à faire à la collectivité dans le cadre d’une consultation publique. Consultation qui s’est tenue le 6 mars 2008 et qui a obtenu l’assentiment de la population participante. Cette consultation a été faite en deux étapes, la première étant sous la forme d’un questionnaire à propos de la proposition de PSDL, envoyé dans chaque foyer et la seconde consistait à rassembler les citoyens lors d’une soirée publique.

En bref

Toutes ces démarches, c'est-à-dire, politique familiale municipale et plan stratégique de développement local s’inscrivent dans le processus de préparation et de compréhension du concept de développement social auprès de la population.

De plus, à partir de l’automne 2007, plusieurs communications destinées à la population ont été effectuées via le journal local (Le Babillard) afin de maintenir les gens au courant de la démarche du plan de développement social à Saint-Camille.

La consultation

À l’assemblée générale de la Corpo, tenue le 26 mars 2008, il y a eu présentation de la politique familiale municipale. À cette occasion, la Corpo a mentionné son intention de jumeler les actions de la politique familiale avec le plan de développement social. Jumelage préalablement accepté et même souhaité par le comité famille.

Le 22 avril dernier, une soirée publique de consultation auprès de la population s’est tenue, ayant à son ordre du jour d’abord la présentation du plan d’action de la politique familiale municipale, ensuite la présentation de la proposition d’un plan de développement social. Une trentaine de personnes ont assisté à cette assemblée publique, dont plusieurs représentants d’organismes.

Parmi la trentaine de personnes présentes à cette soirée du 22 avril, des représentants d’une dizaine d’organismes et d’associations sont retournés dans leurs assemblées respectives afin de diffuser l’information à leurs membres et ainsi assurer le retour de tout questionnement ou commentaire au sujet de la stratégie privilégiée lors de la soirée de consultation. Une sorte de fonctionnement par collèges de représentation nous assure d’avoir atteint plus d’une centaine de citoyennes et de citoyens.

Plan d’action de la Politique familiale

  • Sentier multifonctionnel
  • Services parascolaire : ex., service de garde pour les élèves dont les parents ne sont pas à la maison après les classes.
  • Vitesse au village (sécurité routière), traverse piétonne
  • Éducation : Ateliers, formations, conférences,
    (ex : pour les parents d’enfants de 0 à 5 ans)
  • Communications : chronique info familles
    Cette action sera prise en charge par le comité famille

Développement social et pistes d’action

Les champs d’intervention retenus par l’assemblée :

  • Participation citoyenne :
    bien que de façon générale ce secteur est assez dynamique à Saint-Camille, il restera toujours du travail à faire de ce côté. D’ici les huit prochaines années nous prévoyons un (relatif) boom démographique ce qui entraînera indéniablement une problématique d’intégration sociale sur laquelle nous devrons nous pencher très rapidement afin d’éviter le plus possible des retombées complexes et peut-être malheureuses de cette situation que nous voulons la plus positive possible. L’une des pistes suggérées sera d’entreprendre l’élargissement des activités actuelles du comité d’accueil par la mise en place d’une politique d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants en milieu rural.

Pistes d’action
Politique d’accueil et d’intégration
Éducation : ateliers, formations, conférences aux familles
Communication : chroniques info familles

  • L’amélioration des conditions de vie des personnes plus défavorisées :
    ce secteur sera sans doute le plus délicat à aborder. Aussi, nous aurons sans doute besoin d’une expertise professionnelle spécialisée dans ce domaine. Comment aborder correctement le sujet, quelles questions devons-nous poser et quelles questions devons-nous évitez de poser ? Voilà ce qui sera possiblement le cœur de notre démarche. L’une des pistes à explorer sera de devenir membre du collectif d’action contre la pauvreté de la MRC des Sources. Par ailleurs, nous souhaitons également explorer la possibilité de développer un système de transport spécialement adapté à la réalité des personnes plus défavorisées vivant en milieu rural. Ce champ d’intervention sera jumelé très étroitement avec le champ suivant, qui traite de la mobilité de la population.

Pistes d’action
Nouveau système de transport adapté au milieu rural avec accessibilité accrue selon les besoins
Services parascolaires : halte garderie avec accessibilité accrue selon les besoins

  • La mobilité de la population :
    Nous ne sommes pas sans savoir que cette problématique est non seulement d’actualité mais sur le plan collectif nous vivons une sorte d’impasse qui doit exister un peu partout en milieu rural au Québec. Saint-Camille se trouve à l’une des extrémités de la MRC et donc à une vingtaine de minutes d’autos d’Asbestos. Outre les systèmes de transport collectifs qui ne semble pas avoir la faveur… Nous croyons que les différents systèmes de co-voiturage peuvent être une façon de pallier aux besoins de mobilité surtout des personnes seules, âgées et/ou défavorisées. Des éléments de prévention santé favorisant une mobilité saine et accrue seront également explorés. Nous allons donc, fondre deux champs d’intervention en un seul.

Pistes d’action
Système de transport favorisant le covoiturage
Sentier multifonctionnel
Vitesse au village (sécurité routière)

  • La mise en valeur et l’embellissement de notre territoire :
    Si nous voulons assurer un milieu de vie de qualité et intéresser les gens à s’installer ici, il y a lieu de nous montrer sous notre plus beau jour. L’une des façons d’y arriver, c’est en faisant de notre milieu un endroit agréable à vivre. Saint-Camille a tout avantage à mettre en valeur la beauté naturelle des lieux ou encore à créer de la beauté par certains aménagements agréables à l’œil tant pour le visiteur que pour les gens de la place. La piste d’action suggérée est de faire d’une pierre deux coups en allant de l’avant avec le projet de réduction de la pollution lumineuse. Ainsi, de nouveaux lampadaires seront installer à la place de ceux déjà existant. Donc, moins de pollution lumineuse et un village considérablement embelli.

Piste d’action
Réduction de la pollution lumineuse

  • L’équilibre de la pyramide d’âge ;
  • Les activités sociales, culturelles et de loisirs.

Pour ce qui est des deux derniers champs d’interventions, les gens souhaitent que nous les conservions au sein de notre plan de développement social mais en réserve du plan d’action qui en découlera. C'est-à-dire que pour le moment nous allons concentrer nos efforts sur la réalisation concrète des pistes d’actions suggérées. Ensuite, dans un avenir plus ou moins éloigné, nous désirons évaluer la pertinence d’agir spécifiquement sur ces deux champs d’intervention qui nous apparaissent suffisamment bien traités pour le moment.